PACES mon amour

19 mai 2017

2ème année dans la poche

Voilà la 2ème année c'est déjà fini, c'est passé vite! 1/3 du chemin de fait avant l'internat (oui on se rassure comme on peut).

Pour vous en parler vite fait :

 - Septembre octobre, gros coup de blues car je me rend que quand même il y a du travail On nous disais que c'était des vacances : publicité mensongère. Finalement je me suis rendu compte que j'étais pas la seule à avoir vécu ça. Après la difficile année du concours et quelques mois de coupure, on a tous du mal à s'y remettre.

 - Puis doucement je prend le rythme. Contrairement à beaucoup d'étudiants, je passe la moitié des révisions à glander, mais bon ayant travaillé régulièrement dans l'année ça passe... large je dirai même. Bon je pense quand même qu'il y a quelques magouilles et relevage de notes pour qu'on réussissent tous. Oui tu sera médecin, incompétent peut être mais médecin car tu savais comment on disais lavement dans l'antiquité le jour du concours paces!

 - 2ème semestre, rassurée par tout ça, je bosse toujours régulièrement, un peu moins, un peu stressée peut être mais régulièrement.

 - Révisions: le stress me fait travailler un peu plus. Comme d'habitude, je ressors convaincu d'avoir un rattrapage. Au final tout est nickel, pas une note sous la moyenne, heureuse.

Ma 3ème année aura droit à un blog à lui tout seul car il sera un peu particulier.

Posté par cgprg à 20:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 avril 2017

le stéréotype de l'étudiant en médecine

caricaturons d'après mes observations:

-fille de médecin ou professions intellectuelles supérieures

-bac scientifique

-avec mention

-à fait le conservatoire ou au moins 10 ou 15 ans de musique (piano au hasard)

-ski dans les Alpes en hiver

-part en Crête l'été

-possède un Mac (macbook air je crois)

bref on a rien en commun, si ce n'est la réussite du concours et c'est ce qui compte non ?

liste à completer

Posté par cgprg à 13:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2016

Le travail en 2ème année

J'avais dit que j'arrêterai le blog après la PACES mais finalement j'hésite à continuer ici ou ailleurs. L'avenir nous le dira

Je voulais faire une petite mise au point la charge de travail en 2ème année de médecine.

Il existe une idée extrêmement répandue comme quoi après la 1ère année c'est cool. FAUX, ARCHI FAUX.

On dit cela aux étudiants de 1ère année pour les motiver à travailler et réussir leurs concours. C'est pas très honnête je trouve comme méthode mais bon c'est comme ça.

Du coup, tout ceux qui échouent (et il y en a énormément) au concours propage cette idée complètement fausse dans leur famille, qui le propage dans la population entière. Et tout le monde croit dur comme fer que "après la 1ère année c'est la glande".

Et puis il y a les autres: ceux qui ont réussit le concours qui se prennent une grosse en claque en apprenant que c'était une "blague", en fait il y a encore plus choses à apprendre en 2ème année qu'en 1ère année. Et oui, il va falloir travailler encore beaucoup, oublie définitivement les 35h. Pleure jeune étudiant.

Alors certes, il n'y a plus la pression du concours, il faut juste avoir 10/20 blablabla. Certes on travaille moins qu'en PACES où on était à 70-80h par semaine. Mais le gavage d'oie continue et ça va aller crescendo (de même que la charge de travail) pendant les 5 prochaines années jusqu'au 2ème concours. Ouai encore un et encore plus dure que le précédent avec beaucoup plus de concurrence, beaucoup plus de choses à savoir et beaucoup de pression et de conséquences.

Tout ça pour dire que ce qui pense que c'est relax une fois le concours en poche sont:

-ceux qui ont échoué au concours

-ceux qui ne connaisse personne qui a réussit ce concours.

Quand à moi: je suis en mode dégoutée quand je vois la charge de travail que j'ai déjà alors que tout n'a pas commencé à la fac et que j'espèrais avoir une vraie vie cette année.

Posté par cgprg à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2016

Une décennie qui fait tous

Bon ok je suis plus vieille que l'étudiant lambda de 2ème année de médecine. Ok, je vois les 30 ans approcher à grand pas. Ok physiquement et mentalement 10 ans ça compte, surtout pour les jeunes. Ok, ok, ok.

Pourquoi les étudiants me renvoient toujours mon âge dans la figure? Je les aime bien moi ces petits jeunes mais franchement ils voient bien que je suis vieille alors c'est pas la peine d'en rajouter une couche!

Bon on me demande tout le temps mon âge. Ca à la limite je le comprend, je pense que à leur place je ferai pareil.

Certains me font remarquer qu'ils m'avaient repéré l'année dernière parce que ben... ça se voit que je suis pas comme eux.

Me comparer à leur mère (enfin leur daronne!). Là il y a vraiment de l'abus je suis réellement trop jeune pour ça. Mais bon ça traduit le petit décalage de génération qu'il y a entre nous.

Ce qui me fait le plus (rire) pleurer : c'est le " A t'on âge", on a encore envie de faire la fête?" . Hey j'ai pas 90ans! Et même à 90ans , je pense qu'on a encore envie de s'amuser non? (je doute qu'une personne de 90ans commente le post pour me confirmer ça lol)

Après il y a les complexés qui pensent que je les regarde de haut, me moque de leur immaturité. Ceux-là je tente de les rassurer mais bon si je les mets mal à l'aise, je doute qu'on deviennent grand amis!

Bref, vivement dans quelques années, quand ils auront 25 ans ils comprendront peut être que avoir 10 ans de plus ne signifie pas être un personne âgée.

 

 

Posté par cgprg à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2016

Médecin vs Infirmier

Ok j'ai réussi ce concours, je devrais être heureuse et pourtant... Je sais ce que je perd, et je sais ce que je gagne, mais franchement, dire que vais gagner plus que ce que je perd... j'en suis pas sûre.

Comme on dit et c'est Très vrai

Le médecin soigne la maladie

L'infirmier soigne le patient

Et ben moi je veux faire les 2 en même temps et c'est pas possible. Je veux la proximité avec le patient ET la connaissance médicale, je veux tout (tout de suite pourquoi pas).

 

Posté par cgprg à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 août 2016

Tout est question de représentation

Depuis peu, je suis "obligée" de dire la vérité sur le fait que je rentre en 2ème année de médecine. C'est amusant les conséquences que cela a sur le regard et le comportement des gens à mon égard.

Dans l'image des gens infirmière = idiote , je fais un raccourci un peu exagéré mais ça résume rapidement. Par contre, "personne ayant réussi le concours de médecine, du 1er coup qui plus est!" = "personne plus intelligente que la moyenne". C'est 2 associations sont complètement fausses mais c'est comme ça dans la tête des gens!

Du coup, certaines personnes qui me prennaient de haut, me considéraient comme un idiote, soudainement changent de comportement, et me considère beaucoup mieux. Quel que soit le domaine : personnel et professionnel, cela à changer les choses.

Pourquoi la fille moyenne d'il y a un an, est devenue intelligente aux yeux de la société à cause d'un stupide concours (oui stupide je maintiens et j'assume). Pourtant je reste la même personne, je n'ai pas changé et mes capacités intellectuelles n'ont pas changés!

De même, les gens sont convaincus que j'avais/ j'ai des facilités d'un point de vue scolaire et mémoire. Dans la réalité, j'ai toujours été une élève très moyenne, qui n'a jamais redoublé certes mais qui est toujours passé d'un classe à l'autre avec 10 de moyenne et qui à réussi tout ses examens avec 10,.../20. Et lorsque je tente de rétablir la vérité, je ne suis pas sûre que les gens me croient.

 Autre chose, je ne sais pas si les gens se font un complexe d'infériorité mais soudainement ils ont vite fait de juger comme hautain alors que franchement c'est pas mon genre. C'est amusant (ou pas) comme ce changement de "statut" amène un chngement de point de vue soudain de la part des gens!

Posté par cgprg à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2016

Le meilleur pour la fin

Mon dernier conseil: Ecoutez tout ce qu'on va vous donner comme conseils, méthode de travail, organisation...

Jetez en 95% et adapter les 5% qui reste en fonction de vous.

Perso les 2 meilleurs conseils qui 'mont été donnés:

-faire des annales

-pendant les révision, chaque jour après le déjeuner, faire 1 annale de matières à calcul  (2h de travail environ)

Ou comment finir dans le top 100 voir top 70 (oui j'en suis très fière) en physique quand on est nul en physique!

Posté par cgprg à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2016

la sprint final final

Au 2ème semestre, on a eu 1 mois de révision. 1 mois! Ca laisse le temps de bosser et d'arriver sûr de soit, surtout si on a bien au bossé pendant le semestre. Oui parce que sinon autant partir en vacances, c'est mort.

Donc au 1er semestre: 2 semaines de révisions, pendant lesquelles j'ai pu faire 2 vrais tours de révision + 1 tour d'annales + 1 tour vite fait avec mes fiches

Là 30 jours de bachotage = 4 vrais tours + 1 d'annales. Et surtout une GROSSE différence d'efficacité. Autant au 1er semestre j'étais le pied au plancher, autant en avril j'avais oublié d'enlever le frein à main! Mais finalement, maintenant quand je vois les chiffres, je me rend compte que 2 fois plus de temps et 2 fois plus de tours ou presque donc finalement...

1 tour = relire tous les cours plus ou moins vite. Certains disent que tu divise le temps par 2 à chaque tour. Perso mes tours font tous à peu près la même durée, sauf le dernier qui est express, mais bon à ce moment les cours normalement on les connait bien

La méthode de travail n'a pas évoluée, en même temps elle avait fonctionné au S1 alors pourquoi changer une équipe qui gagne. Oui une équipe moi et mes multiples personnalités.

Bref, c'était le post qui sert à rien

Posté par cgprg à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2016

Grosse infos sur ma méthode de travail: le week-end

Je ne crois pas en avoir parlé alors go.

Le week-end était pour moi synonyme de tour d'apprentissage ou tour de révision selon les chapitres concernés. Je m'explique:

Le 1er mois de chaque semestre soit septembre et janvier. Chaque we, je revoyais TOUS mes cours depuis le début de l'année.

Le mois suivant donc octobre et février: je faisais 1 tour réparti en 2 we, soit 2 tours par mois. Wow mais c'est qu'elle est forte en maths celle là!

La fin de chaque semestre  jusqu'au révision ce qui correspond à novembre et mars/avril: je fais toujours 1 tour en 2 week-ends mais je suis obligée de répartir le tour d'une UE sur mes soirées de semaines. Surtout au 2ème semestre, où on a plus de matières à par coeur et moins de matières à calcul donc ça prend plus de temps à bosser. En gros sur les 5 UEs du semestre j'en faisais 2 par we (1 le samedi, 1 le dimanche) et la 5ème UE était traitée un peu tout les soirs. Je n'ai pas fractionner mes périodes de travail mais là, y a pas le choix.

Voilà, c'était mon exemple. Comparez diverses méthodes et choisissez. Bon après ma marraine m'a expliquer son organisation de révision, il fallait bac +5 pour comprendre, c'était compliqué et en plus il fallait 2h par jour pour s'organiser, préparer, planifier. Mais bon, j'écoutais tout ce qu'on me disais et après je prenais et je jetais. Et parfois 3 semaines plus tard 1 détails me revenait et je m'en inspirais.

Posté par cgprg à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2016

La métaphore du couvent

Certaines personnes compare la PACES au fait de rentrer au couvent. Bon c'est certes un peu exagéré mais cela exprime bien certains sentiments que l'on ressentir pendant cette année. Je m'explique:

En septembre on quitte le monde normal, on sort de la société, notre vie se résume à la fac et notre bureau (ou la BU pour ceux qui y travaillent). Soudainement on est "enfermé", isolé, la paces est notre vie. On mange paces, on chie paces, on se lave paces, on vomi la paces!

Je ne m'y connais pas vraiment la dedans mais quand on rentre au couvent, on rentre également dans un monde parallèle, bizarre, différent de ce que 99% des gens connaissent, incompréhensible du monde extérieur. C'est exactement ça la 1ère année d'étude de santé (oui n'oublions pas les filières autres que médecine).

Puis pendant des mois (des années pour les religieux), on vit dans ce milieu étrange, on ne fréquente que des gens de ce milieu, on ne connait plus que çà (on en oublierai presque notre vie d'avant), on ne parle plus que de ça. On s'éloigne des gens qui ne font pas parti de ce monde, car il ne nous comprennent pas. Et puis on n'a plus de sujet de conversation à par les cours, les révisions, le concours alors les gens espace les coup de fils. Il faut reconnaitre que, à la fin des semestres, nous ne sommes plus de très bonne compagnie, on ne supporte plus rien, on est très chiant.

Le nonnes ne sortent pas, ne vont pas dans le monde extérieur (le vrai monde), ne voient que des nonnes, ont un mode de vie très très très particulier, comme un étudiant de paces! Et soyons honnête, c'est un mode de vie assez incompréhensible (en tout cas pour moi mais je ne suis pas la seule je pense). Tout comme certaines personnes ne comprennent pas que l'on passe quasi littéralement notre vie à bosser ( enfin seulement 70 à 80h sur 168h dans une semaine).

Bref similaire, enfin …

Et enfin la sortie. Soudainement en mai, le concours est fini et TOUT s’arrête. Plus de cours, plus de fac, plus de prépa, plus de colles, plus de concours, plus de révision, plus de poly, plus de travail d’apprentissage et de mémorisation acharné. Tu te retrouves à ne plus savoir quoi faire de tes journées, tu ne sais plus ce que tu faisais de tes journées avant la paces, tu ne sais plus ce que les gens normaux font de leurs journées. Bon il suffit de quelques jours pour se réadapter à cette nouvelle vie mais la sortie est un peu violente.

Bon j’imagine que pour les bonnes sœurs c’est pire. Mais il est vrai que j’ai l’impression de tout redécouvrir le monde. Je ne connais plus les musiques à la mode, je n’ai suivi que de manière très superficielle l’actualité des derniers mois, je découvre de nouveau programme télé (bon ça c’était pas une grosse perte)…

Tout ça pour dire que la métaphore, si on ne l’a prend pas au 1er degré, est très bien.

Posté par cgprg à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]